logo
FERMERMenu
Sécurité sanitaire : impacts humanitaires de la pandémie de Covid-19

Sécurité sanitaire : impacts humanitaires de la pandémie de Covid-19

 L'événement Aurora Dialogues Venise intitulé « Sécurité sanitaire : impacts humanitaires de la pandémie de Covid-19 » a été organisé le 10 octobre 2021, lors du week-end du Prix Aurora 2021 en Italie. Au cours de cette discussion sans précédent de 2 heures et demie, des intervenants issus de différentes régions et domaines ont parlé ouvertement et honnêtement de la réalité brutale de la lutte contre la COVID-19 et de ses conséquences à court et à long terme, ainsi que des efforts qui doivent être déployés par le communauté mondiale pour éviter de telles catastrophes à l'avenir. Malgré les expériences douloureuses partagées par certains des panélistes, l'atmosphère générale de l'événement était optimiste, les participants exprimant leur ardent espoir que l'humanité tire les leçons de ses erreurs. 

L'événement a débuté avec la communication du Père Hamazasp de la Congrégation Mekhitariste qui a accueilli les invités et les a reçus au Collège Moorat Rafael, fondé à Venise en 1836, situé dans le Palazzo Ca' Zenobio de style baroque. Il a souligné le rôle important que les étudiants ont joué dans la résurgence de l'histoire et de la culture arméniennes et a souligné que la fresque du plafond de la salle où l'événement a eu lieu était une peinture d'Aurora. « Au centre, nous avons Aurora – la lumière du matin. C'est significatif que nous ayons notre réunion conclusive ici, dans cette salle », a déclaré le père Hamazasp.

Le modérateur de la discussion, Lord Ara Darzi, président du Comité de sélection du Prix Aurora et directeur de l'Institute of Global Health Innovation à l'Imperial College de Londres, a ensuite félicité la lauréate du Prix Aurora 2021, Julienne Lusenge, qui a été honorée lors de la cérémonie la veille, et a donné la parole aux cofondateurs d'Aurora, Noubar Afeyan et Ruben Vardanyan.

L'investisseur d'impact et entrepreneur social Ruben Vardanyan, cofondateur de l'Initiative Humanitaire Aurora et de Noôdome, a exprimé sa joie de pouvoir participer à cette session spéciale, bien qu'il ne soit pas directement impliqué dans la médecine. Il a parlé de l'interconnexion des problèmes modernes et du fait que la COVID-19 a fait apparaître de nombreux défis pour tous. "Ce qui s'est passé avec nous tous au cours des dernières années a fait du mal à tout le monde, pas seulement aux personnes impliquées dans les soins de santé. <...> Cette pandémie, malheureusement, nous a donné tant de problèmes - non seulement avec la vaccination, dont nous parlerons aussi aujourd'hui, mais aussi avec la solitude. Les gens se sont sentis seuls. Les gens ont perdu confiance en leurs gouvernements, les gens ont perdu confiance dans le système", a dit Mr. Vardanyan.

Noubar Afeyan, cofondateur de l'Initiative Humanitaire Aurora, cofondateur et président de Moderna et PDG de Flagship Pioneering, a parlé du fait d'avoir été attiré par le travail humanitaire et de la façon dont cela ressemblait à l'expérience d'autres héros soutenus par Aurora, notamment en ce qui concerne les défis auxquels ils sont confrontés. "Il existe des parallèles douloureux entre les sujets traités par de nombreux lauréats, à savoir les atrocités infligées par l'homme, et ce dont nous sommes témoins aujourd'hui. La pandémie, avec un tel nombre de décès dans le monde, équivaut à un crime contre l'humanité. Il se trouve que c'est un crime induit par un virus. <...> Mais une grande partie des dommages ont été causés par les humains", a noté le Dr Afeyan.

 

L’Humanitaire Aurora 2021 Paul Farmer, cofondateur et stratège en chef de Partners In Health (PIH), a approuvé ce point de vue en ajoutant : "En se déployant, la COVID nous a rappelé que ces problèmes sont souvent le fait de l'homme. Depuis de nombreuses années, les personnes impliquées dans la réponse humanitaire ont également constaté l'inadéquation de toute approche qui ne renforce pas le système de santé. Comme cette clameur dure depuis des décennies, nous avons enfin un moment où de larges fractions de la population comprennent que nous devons investir dans les systèmes de santé. C'est vraiment le principal point positif."

Le thème de l'inégalité et la façon dont elle a été encore aggravée par la pandémie a été soulevé par Mary Robinson, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora, présidente de The Elders, ancienne présidente de l'Irlande et ancienne haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme. "La charge injuste des soins, qui n'est en aucune façon prise en charge dans la société, a été encore exacerbée par le COVID. De nombreuses femmes ont dû quitter leur emploi. Dans le même temps, un très grand nombre des travailleurs de première ligne essentiels ont été des femmes qui ont porté le fardeau de nous aider pendant la COVID - les médecins, les infirmières, mais aussi les nettoyeurs, et puis les services essentiels dans les magasins d'alimentation, beaucoup d'entre eux ont également été fournis par des femmes", a noté Mme Robinson.

Leymah Gbowee, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora, Prix Nobel, fondatrice et présidente de la Fondation Gbowee pour la paix en Afrique, a évoqué le fait que de nombreuses personnes dans les régions les plus pauvres étaient tout simplement incapables de se conformer aux restrictions COVID-19 par manque de moyens, et a raconté une histoire poignante pour illustrer son propos : "Pendant la pandémie, j'étais coincée au Ghana, et lorsque l'obligation de porter un masque s'est répandue, j'ai demandé au chauffeur que je connaissais : 'Pourquoi ne portez-vous pas de masque ? Il m'a répondu : "Madame, un masque, c'est un dollar. Si je dois choisir entre acheter un masque et acheter du pain pour mes enfants, je choisirai d'acheter le pain, car je ne connais pas cette maladie et je ne sais pas si je vais l'attraper un jour, mais je connais la faim.'"

L'un des pires aspects de la pandémie de COVID-19 est son impact à long terme sur des domaines tels que l'éducation, a souligné la militante des droits de l'homme Shirin Ebadi, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora, Prix Nobel et fondatrice du Centre des défenseurs des droits de l'homme en Iran. "Le COVID a poussé de nombreuses personnes à abandonner leurs études, et le fossé entre les pauvres et les riches s'est encore creusé. En Iran, comme dans beaucoup d'autres pays d'Asie, nous avions une infrastructure très faible et une structure très faible pour les cours en ligne. Selon les sources officielles, quelque 3 millions d'étudiants et d'élèves n'ont pas pu poursuivre leurs études, mais nous pensons que c'est en réalité deux fois plus", a indiqué Mme Ebadi.

La désinformation, le manque d'informations crédibles et les fausses nouvelles ont également contribué aux effets dévastateurs de la pandémie, a soutenu Dele Olojede, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora, lauréat du Prix Pulitzer et président du conseil d'administration de la bourse Kashim Ibrahim : "Nous avons innové pour échapper à la qualité, et ces plateformes technologiques ont en quelque sorte détruit la fonction de garde-barrière [du journalisme]. <...> Cette fonction consiste à établir les faits, et elle s'est effondrée. Ce que cela a fait, lorsque la pandémie a frappé, c'est que personne ne guidait le débat public. Beaucoup de rumeurs et de faussetés traversaient le système."

 

Le lauréat du Prix Aurora 2019, Mirza Dinnayi, cofondateur et directeur de Luftbrücke Irak (Pont Aérien Irak), a parlé de la pression supplémentaire exercée sur les réfugiés par l'épidémie de coronavirus. "Il y a certaines communautés qui avaient déjà été très durement touchées par le conflit. <...> Après la pandémie, le défi est devenu mille fois plus difficile pour elles, en raison des restrictions de mouvement et d'autres facteurs. Nous avons vu des personnes dont la vie était en danger, et qui se trouvaient dans une situation très difficile - elles ne pouvaient pas bouger. On leur a également dit qu'ils devaient éviter tout contact avec d'autres personnes, mais ils vivaient dans des camps de réfugiés, dans des tentes de 4 mètres sur 4, et la famille suivante n'était qu'à 3 mètres."

Ce point de vue a été partagé par la lauréate du Prix Aurora 2016, Marguerite Barankitse, fondatrice de Maison Shalom, qui a fait l'expérience directe de la vulnérabilité des réfugiés. Mme Barankitse a également exprimé sa déception quant à la réponse mondiale de la COVID-19 : "La pandémie a prouvé que l'ONU et les autres agences sont en réalité faibles. Lorsque la pandémie a pris le dessus, nous sommes entrés dans une période de confinement. Les réfugiés survivent généralement grâce à de petites tâches quotidiennes pour obtenir un peu de nourriture. Et en cas de confinement, tout le monde devait se conformer aux règles, ce qui signifie que vous ne pouviez pas avoir de contact avec d'autres personnes. <...> C'était le chaos total. Comment les gens peuvent-ils survivre dans un camp s'ils ne peuvent pas obtenir de nourriture ? Les agences et les organisations internationales n'étaient pas préparées. Elles doivent être réformées."

Paul Polman, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora et cofondateur et président d'IMAGINE, était tout à fait d'accord avec ce constat. "Nous devons être sûrs que la gouvernance mondiale fonctionne. Nous devons travailler ensemble depuis le sommet, mais aussi depuis la base. Les gens disent que la COVID-19 a été la plus grande crise, mais nous en avons eu d'autres, tous les 2-3 ans, avec la destruction de la biodiversité et le changement climatique. La surprise n'a pas été la COVID-19, mais notre incapacité à nous élever au niveau nécessaire pour y faire face. <...> Les institutions que nous avons conçues dans les années 1940 n'avancent pas à la vitesse appropriée, et avec la COVID, nous avons découvert qu'il ne nous reste plus beaucoup de temps", a déclaré M. Polman.

Il était assez déchirant de recevoir des conseils en matière de sécurité sanitaire de la part de personnes et d'organisations qui ne à l’évidence très éloignées des réalités locales, a noté la lauréate du Prix Aurora 2020, Fartuun Adan, directrice exécutive du centre Elman pour la paix et les droits de l'homme à Mogadiscio : "En Somalie, nous avons une crise, nous avons la guerre, et en plus de cela, nous avons le coronavirus. Le message que nous recevions du monde était "lavez-vous les mains, restez chez vous, soyez prudents". Et cela ne nous a pas aidés du tout ! La plupart des Somaliens doivent sortir et travailler pour mettre de la nourriture sur la table. Obtenir de l'eau pour se laver les mains n'était pas facile non plus. Comment pouvez-vous envoyer ce message à des personnes vivant dans de telles conditions ?" 

Ayant consacré sa vie à la fois à l'élaboration de politiques et à la fourniture de soins de santé aux communautés mal desservies, Bernard Kouchner, membre du Comité de Sélection du Prix Aurora, cofondateur de Médecins sans frontières et ancien ministre français de la Santé et des Affaires étrangères, a souligné avec passion que cette question était étroitement liée à d'autres facteurs et ne pouvait être traitée qu'au niveau politique. "Dans le passé, nous ne nous sommes jamais concentrés sur les autres communautés, nous n'étions concentrés que sur la nôtre, donc c'est aussi un problème hautement politique. La médecine est politique. Nous essayons depuis longtemps de diffuser l'idée que la médecine devrait être mise en politique pour que nous ayons un monde meilleur. Il n'est pas nécessaire de faire l'impossible, mais il faut progresser, étape par étape", a souligné Mr. Kouchner.

Arman Voskerchyan, fondateur et directeur général d'AVC Solutions for Healthcare, a souligné la nécessité d'aller de l'avant en utilisant le concept de devoir de diligence, si nous voulons un jour surmonter les inégalités flagrantes en matière d'accès aux soins de santé. "Même avant la pandémie, l'accès aux technologies et aux produits de santé a été un énorme problème. Si l'on considère l'Afrique, qui représente environ 18 à 19 % de la population mondiale, en termes d'appareils et de technologies médicales, elle n'en représente que 1,3 %. Un exemple : les ventilateurs pulmonaires, qui sont essentiels à la survie des patients atteints du syndrome de la COVID-19. L'Afrique n'a que 1,04 % du nombre mondial de ventilateurs, et c'est une véritable catastrophe", a expliqué Mr. Voskerchyan.

 

Le débat a été conçu pour être aussi inclusive que possible, et à un moment donné, les membres du public ont été invités à exprimer leur opinion sur certains des sujets abordés. David Ignatius, rédacteur en chef adjoint et chroniqueur au Washington Post, est revenu sur la question de la responsabilité des médias : "Aux États-Unis et dans de nombreux pays, les journaux sont passibles de poursuites judiciaires s'ils impriment imprudemment de fausses informations. <...> Un défi simple consiste à étendre les règles qui existent actuellement pour les journaux aux autres plateformes de publication", a déclaré Mr. Ignatius.

Le Dr Leila Alikarami, avocate iranienne et défenseur des droits de l'homme, a exhorté tout le monde à sensibiliser aux dangers supplémentaires auxquels les militants sont confrontés à cause de la COVID-19. "Je veux aborder la situation des défenseurs des droits de l'homme, en particulier des femmes défenseurs des droits de l'homme. Pendant la COVID, leur situation a en fait empiré. « Lorsque vous écrivez aux autorités, aux politiciens, n'oubliez pas que les personnes sur le terrain, les défenseurs des droits de l'homme, ceux qui militent pour l'accès au vaccin, sont poursuivis ou emprisonnés dans de nombreux pays », a déclaré le Dr Alikarami.

Julienne Lusenge, lauréate du Prix Aurora 2021, défenseuse des droits de l'homme, cofondatrice de Solidarité des femmes pour la paix et le développement inclusifs (SOFEPADI) et du Fonds pour les femmes congolaises (FFC), a également évoqué les conséquences dévastatrices de la pandémie pour les femmes. " Quand la pandémie a commencé, il y avait la peur. La population avait vraiment peur. Nous avons vu à la télévision que des milliers de personnes mouraient. En plus de cela, les femmes ont généralement recours au travail informel. Avec la COVID, elles ne pouvaient pas se déplacer pour travailler et devaient dépenser leurs économies. Maintenant, elles n'ont absolument rien", a déploré Mme Lusenge.

L’Humanitaire Aurora 2021 Ruby Alba Castaño, militante des droits de l'homme et fondatrice de l'ASOCATDAME (Association Méta des paysans, travailleurs ruraux et défenseurs de l'environnement), est allée jusqu'à comparer le manque de journalisme transparent et objectif aux dangers de la guerre. "Il y a des choses pires que les fusils, pires que les balles. Ce sont les microphones des médias. Parfois, les nouvelles ne font que proliférer la haine. Lorsque les personnes qui financent la guerre sont intéressées, les victimes ne peuvent pas utiliser les médias pour rapporter ce qui se passe. J'aimerais que cette question importante soit inscrite à l'ordre du jour international", a déclaré Mme Castaño.

En conclusion, Lord Ara Darzi a remercié tous les participants au débat, qui s'est avérée aussi instructive qu'ouverte. "J'aimerais prendre un moment pour remercier notre éminent panel pour les contributions étonnantes qu'il a apportées, pour la diversité des contributions [qu'il a apportées] et aussi pour les suggestions du public. Je vous en suis très reconnaissant. Il y a beaucoup de matière riche ici", a dit Lord Darzi, ajoutant qu'il avait l'intention de parler aux fondateurs pour résumer la discussion dans une sorte de document qui pourrait être utilisé pour tirer des leçons pour l'avenir.

 

You can watch the discussion in Italian here.