Le don d'espoir

French
Intro: 
Fartuun Adan et Ilwad Elman dirigent le Centre Elman pour la paix et les droits de l'homme en Somalie. Depuis des années, cette équipe composée de la mère et de la fille défend les droits de l’homme, protège les droits des femmes, promeut la consolidation de la paix et réhabilite les enfants soldats. Leur courage, leur résilience et leur engagement indéfectible envers le peuple somalien ont valu à Fartuun Adan et Ilwad Elman une reconnaissance nationale et internationale. Ils ont reçu le Gleitsman International Activist Award 2015 et ont été désignés Humanitaires Aurora 2017.
Weight: 
4 700
Story elements: 
Text: 
Fartuun Adan et Ilwad Elman dirigent le Centre Elman pour la paix et les droits de l'homme en Somalie. Depuis des années, cette équipe composée de la mère et de la fille défend les droits de l’homme, protège les droits des femmes, promeut la consolidation de la paix et réhabilite les enfants soldats. Leur courage, leur résilience et leur engagement indéfectible envers le peuple somalien ont valu à Fartuun Adan et Ilwad Elman une reconnaissance nationale et internationale. Ils ont reçu le Gleitsman International Activist Award 2015 et ont été désignés Humanitaires Aurora 2017.
Text: 

Fartuun Adan a d'abord été initiée au militantisme par son mari, Elman Ali Ahmed. Propriétaire d'un service de réparation automobile, il était un militant pacifiste et un ardent partisan d’une solution pour l'avenir de la Somalie qui passait par le salut de ses enfants. Il était déterminé à apporter des changements positifs dans son pays - avec Fartuun, sa partenaire engagée, à ses côtés.

Sa célèbre campagne Drop the Gun, Pick up the Pen (dépose ton arme et prends un stylo) a aidé des jeunes vulnérables enrôlés par les groupes militants en leur offrant l’opportunité de recevoir une éducation. Les chefs de guerre, irrités de perdre de précieuses recrues potentielles, ont menacé Ahmed à plusieurs reprises, mais il a refusé de s'arrêter. En 1996, il a été abattu par balle près du domicile familial. L'affaire n'a jamais été résolue.

Dévastée et motivée par le désir de donner à leurs enfants un refuge sûr et un avenir meilleur, Fartuun s’est installée au Canada, mais la situation difficile de son pays d'origine ne lui a jamais quitté l'esprit. En 2006, dès que ses filles ont été en  âge de prendre soin d’elles-mêmes, elle est retournée en Somalie, où elle savait que des milliers d’autres enfants avaient cruellement besoin de son aide. «À bien des égards, je sentais que ces jeunes garçons et filles étaient aussi mes enfants. Aucune mère ne resterait les bras croisés pendant que leurs enfants faisaient face à de telles atrocités », explique Fartuun Adan dans un éditorial publié par le magazine TIME. Elle a décidé qu'il était temps d'honorer l'héritage de son mari et de poursuivre son travail.

Au début, sa famille a eu du mal avec la décision de Fartuun. Ses filles ont été élevées pour être bienveillantes et proactives, le bénévolat et l’humanitaire occupaient une grande partie de leur vie, mais elles ne pouvaient pas comprendre pourquoi leur mère ne se contentait pas d'aider les autres dans le confort de leur nouvelle maison du Canada. Finalement, elles ont fini par être convaincues par son engagement.

Lorsque Fartuun est arrivée à Mogadiscio, elle a inauguré le Centre Elman pour la paix et les droits de l'homme en l'honneur de son mari. L'activité du centre vise à fournir une assistance à ceux qui en ont le plus besoin: aider les jeunes à recevoir une éducation, soutenir les victimes d'abus sexuels, enseigner aux femmes les compétences nécessaires à leur émancipation.

En 2010, Ilwad Elman a rejoint sa mère en Somalie. Pour une jeune femme ayant passé plusieurs années dans un environnement si différent, ce fut un changement de rythme considérable, mais à ce moment-là, elle comprenait beaucoup mieux pourquoi sa mère était revenue et était prête à lui donner un coup de main. «Lorsque je suis arrivée, j'avais peur, j'avais tellement d'idées préconçues, je voulais juste m'enfuir et me sentir à nouveau en sécurité. Mais les gens que ma mère aidait n’avaient pas cette option. C'était juste leur vie. Et je savais que je devais la laisser les soutenir et que je devais la soutenir », explique Ilwad, actuellement en charge de la conception et de la supervision des programmes du Centre Elman pour la Paix et le Développement. 

Image: 
Text: 

Ilwad Elman (centre) est revenue du Canada en Somalie en 2010.

Après avoir été nommée Humanitaire du Prix Aurora 2017, Fartuun s'est rendue en Arménie pour participer au week-end du Prix Aurora. Ilwad ne pouvait pas venir mais était avec sa mère par l’esprit. «Ma fille ne pouvait pas être ici car nous avons eu un problème lors des négociations [sur] les enfants soldats et elle devait être sur place. Elle se réjouissait beaucoup de venir ici d'être ici, mais nous sommes si heureux d’avoir reçu cette reconnaissance pour le travail que nous faisons en Somalie. C’est difficile et risqué, mais c’est ce que nous avons choisi de faire. Et nous avons besoin du soutien de tous ceux qui peuvent nous aider », a déclaré Fartuun dans son discours lors de la cérémonie de remise du Prix Aurora 2017.

Ensemble, mère et fille se sont lancées dans leur travail, aidant d'anciens enfants soldats et fournissant aux survivantes des viols l'aide dont elles avaient tant besoin. Leur activité quotidienne pose de nombreux défis, mais le danger et l'incertitude restent en tête de liste. «Lorsque je me suis installée pour la première fois en Somalie, c'était étrangement un peu plus sûr, car au moins vous saviez où se trouvait la ligne de front et vous saviez quelles zones éviter. Maintenant, nous allons à l’aveuglette sur le terrain », explique Ilwad.

Image: 
Text: 

Fartuun Adan passe un moment émouvant lors de la cérémonie de remise du Prix Aurora 2017. 28 mai 2017, Erevan, Arménie.

L'année dernière, le parcours de ces femmes exceptionnelles a été ébranlé par une autre tragédie personnelle. Le 20 novembre 2019, la fille de Fartuun et la sœur d'Ilwad, Almaas Elman, qui avait également travaillé sur les questions de justice sociale, les droits des femmes et la réhabilitation des enfants victimes en Somalie, est décédée à Mogadiscio après avoir prétendument été touchée par une balle perdue.

Il est difficile de s'imaginer ce que cette épreuve a dû être pour la famille, mais elle a quand même persévéré.

 «Sa mort et celle de mon père ne sont certainement pas vaines. Pour moi personnellement, vivre et servir un but fait partie du processus de deuil. Il n'y aurait pas d'autre moyen que nous aurions pu traiter sa mort si nous n'avions pas vécu notre vie tous les jours en nous assurant que nous contribuions à l'objectif pour lequel elle est également décédée. Il n'y a pas de progrès, mais nous allons de l'avant », explique Ilwad.
La pandémie de COVID-19 en 2020 a mis à rude épreuve le Centre Elman, qui sensibilise désormais également aux mesures de précaution nécessaires pour prévenir la propagation de la maladie. « C'est très différent en Somalie des autres endroits où le message que vous entendez est « lavez-vous les mains pendant 20 secondes avec de l'eau courante ». Les gens ici n’ont pas d’eau courante! Nous avons des centres de formation professionnelle où nous produisons maintenant des masques ou fabriquons des désinfectants pour les mains. Nous essayons simplement de fournir des informations de base pour que les gens puissent lutter contre la propagation », note Ilwad, ajoutant:« Le plus grand défi est de faire comprendre aux gens que vous pouvez vous protéger en suivant ces mesures. C’est une énorme campagne de sensibilisation du public que nous menons. »

Quel que soit le temps qu'il leur faudra pour concrétiser leur vision, Fartuun Adan et Ilwad Elman sont toutes mobilisées. Selon Ilwad, il ne faut pas se faire d’illusion le travail restera dur pour elles: «Nous voulons investir dans des solutions à long terme: dans le développement, le changement de comportement, des normes sociales difficiles. La plupart des personnes qui travaillent dans les secteurs veulent obtenir des résultats rapides. Nous savons que la réintégration et la réadaptation des enfants et des jeunes ne sont pas un projet à impact rapide. C’est un engagement à long terme. Mais regarder en arrière où nous étions il y a à peine dix ans et se souvenir de tout ce qui a changé en si peu de temps est ce qui maintient ma mère et moi concentrées et motivées. »

Depuis plus de trois décennies, une guerre civile fait rage en Somalie et beaucoup ont sombré dans le désespoir, sentant qu'il n'y avait pas d'avenir pour eux. Ces perspectives sombres ont conduit à la colère et à l'apathie, alimentant davantage le cercle vicieux de la violence. Mais Fartuun et Ilwad donnent aux Somaliens les plus démunis une seconde chance, une chance d'avoir une vie meilleure.

Ceci est plus qu'un soutien - c'est un don d'espoir.

 

Subtitle: 
Fartuun Adan et Ilwad Elman dirigent le Centre Elman pour la paix et les droits de l'homme en Somalie. Depuis des années, cette équipe composée de la mère et de la fille défend les droits de l’homme et promeut la consolidation de la paix.
Header image: 
Summary Position: 
420