La communauté internationale appelée à mettre en œuvre la R2P

Des représentants des Nations Unies, des hommes d'État et des procureurs, des ONG et des héros locaux se sont rassemblés au cours de l'événement parallèle à la MSC (conférence de Munich sur la sécurité) intitulé «Neglect 2 Protect : R2P revisited» qui s'est déroulé le 15 février sous les auspices de l'Initiative Humanitaire Aurora. Animé par Ali Aslan, animateur international de talk-shows, l'événement a servi de plate-forme pour discuter de la manière d'appliquer le principe de responsabilité de protéger (R2P) en matière de prévention et de réaction aux génocides, aux nettoyages ethniques, aux crimes de guerre et aux crimes contre l'humanité.

Les obstacles à la mise en œuvre de la protection doivent être surmontés, ont déclaré des experts lors de la Conférence de Munich sur la sécurité. L’Ambassadeur Wolfgang Ischinger avait déclaré lors des Dialogues Aurora 2018 à Berlin que différentes parties étaient également coupables, car étant en mesure de faire quelque chose elles n’agissaient pas. Ce sujet a été discuté lors de la MSC.

En 2005, en adhérant au principe de la responsabilité de protéger (R2P), les États membres des Nations Unies se sont déclarés responsables de la protection de leurs propres populations contre le crime de génocide, les crimes de guerre, le nettoyage ethnique et les crimes contre l'humanité. Dans le même temps, la communauté internationale a la responsabilité de réagir, de protéger et de reconstruire lorsqu'un État est incapable de protéger ses populations.

Les participants à l'événement ont confirmé la validité de la R2P mais ont admis qu'il y avait un écart entre l'affirmation rhétorique et la pratique actuelle. Il y avait un consensus sur le fait que la R2P doit être mise en pratique indépendamment de l'isolement des États et de la division des sociétés à laquelle nous assistons actuellement, et que l'impunité pour ceux qui enfreignent le droit international doit cesser.

Dans ce contexte, le docteur Tom Catena, président de l’Initiative Humanitaire Aurora, a dit : «Il est plus important que jamais pour la communauté internationale de ne pas laisser les travailleurs de l’aide humanitaire seuls dans nos efforts pour atténuer les souffrances. Le principe de la responsabilité de protéger (R2P) ne signifie pas nécessairement de « chausser des bottes sur le terrain». Exercer une responsabilité globale peut aussi signifier créer des moyens de dissuasion, y compris des zones d'exclusion aérienne. Au minimum, le gouvernement qui opprime devrait être conscient du fait que la communauté internationale est disposée à agir. »

Parmi les intervenants à cet événement figuraient Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale, Tom Catena, président de l'Initiative Humanitaire Aurora, Christoph Heusgen, ambassadeur, représentant permanent de l'Allemagne auprès des Nations Unies, Jean-Pierre Lacroix, sous-secrétaire général des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et David Miliband, président et chef de la direction de l'International Rescue Committee.

Ils ont déclaré que si la souveraineté des États était effectivement un droit, elle servait trop souvent de prétexte aux États pour éviter les conséquences d'actes répréhensibles dans leurs affaires intérieures et que la souveraineté d'un État devrait être révoquée si un État nuisait à son propre peuple. David Miliband, président et chef de la direction de l'International Rescue Committee, a déclaré que nous assistions à une époque d'impunité en matière de droits individuels. Ce que nous constatons ces jours-ci n'est pas seulement une déviation de la R2P, mais une attaque concertée contre elle. Dans un monde interdépendant, la souveraineté des États doit être redéfinie.

Christoph Heusgen a expliqué qu'il existe également d'autres possibilités de lutter contre les violations des droits de l'homme, par exemple en désignant les coupables et en les stigmatisant. En exerçant une pression et les relations publiques dans certains cas, les objectifs en matière de protection des êtres humains peuvent être atteints étape par étape. De plus, l'impact et la collaboration avec les organisations de la société civile doit être considéré comme un atout très important.

David Miliband a également signalé qu’il n’y avait pas de paix durable s’il n’existait pas d’institutions crédibles et légitimes de partage du pouvoir politique. Le maintien de la paix nécessiterait une définition claire et pourrait être beaucoup plus fort et efficace si l'objectif final était limpide, le cas échéant il serait sans fin pour les institutions politiques et non politiques.

En outre, les participants ont convenu que la justice internationale était un projet mondial et que, pour que ce projet réussisse, les États-nations devaient se conformer aux organes existants chargés de faire respecter le droit international, désignant le Conseil de sécurité des Nations Unies et la Cour pénale internationale (CPI).

Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale, a expliqué que les institutions existantes étaient le meilleur instrument dont nous disposions pour lutter contre l'impunité et qu'il n'était pas envisageable de mettre notre travail à l'abri. Le travail de la CPI est d’une telle importance que cette cour ne peut faillir à sa mission, même si elle fait face à des résistances. La justice internationale est un projet mondial et l’ensemble de l’humanité en bénéficiera. Elle a également exigé un changement de mode de pensée. Comme il ne saurait y avoir de paix sans justice, l’accent ne devrait pas être mis uniquement sur la négociation en faveur de la paix, mais aussi sur la recherche de moyens permettant à la paix et à la justice de fonctionner ensemble.

French
Image: 
Subtitle: 
L’initiative Humanitaire Aurora réunit des dirigeants et des activistes du monde entier à un événement parallèle à la conférence de Munich sur la sécurité «Neglect 2 Protect: R2P Revisited»
Display type: 
Big
Weight: 
28 000