Exploiter la douleur au pouvoir

French
Intro: 
Sunitha Krishnan a été victime d'un viol collectif brutal à l'âge de 15 ans. Elle s’est muée de victime d'agression sexuelle en défenseuse des droits de l'homme, secourant des milliers de victimes de trafic sexuel et de violence sexuels, des femmes, voir des enfants âgés de 3 ans. Elle a su trouver du courage pour poursuivre avec un espoir et une dignité renouvelés.
Weight: 
20 000
Story elements: 
Text: 
Sunitha Krishnan a été victime d'un viol collectif brutal à l'âge de 15 ans. Elle s’est muée de victime d'agression sexuelle en défenseuse des droits de l'homme, secourant des milliers de victimes de trafic sexuel et de violence sexuels, des femmes, voir des enfants âgés de 3 ans. Elle a su trouver du courage pour poursuivre avec un espoir et une dignité renouvelés.
Text: 

Sunitha Krishnan a vu le jour avec des défauts aux jambes. Elle a appris dès son plus jeune âge ce que être étranger signifie. Forcée de porter des châsses correctives pendant une grande partie de son enfance, Sunitha savait qu'elle était différente des autres enfants de son pays, l'Inde ; allant jusqu’à décrire son enfance comme «physiquement lointaine».  Mais une enfance ambitieuse et extrêmement passionnée pour les autres, plus désavantagés qu'elle. Quand ses moulages furent finalement ôtés, elle apprit elle-même à danser et trouva la joie d'enseigner aux enfants handicapés mentaux ce qu'elle aimait. Au début de son adolescence, elle commence même un petit centre d'apprentissage / école pour enfants dans un bidonville voisin.

Mais c’est à l’âge de 15 ans, que la vie heureuse de Sunitha fut ébranlée. Elle fut victime d’un viol en groupe de huit hommes - dont elle ne connaissait pas les visages et dont elle n’a pas pu se souvenir par la suite. «Du jour au lendemain, tout a changé», se souvient-elle.

Sunitha a survécu à l'agression, mais elle a rapidement réalisé que sa lutte ne faisait que commencer. Ses parents ont eu honte. Sa communauté l'a rejetée, accusant Sunitha et sa famille d'avoir permis que cela se produise. Sunitha s’est retrouvée punie pour un crime commis contre elle. Elle était complètement seule et démunie.

Son corps avait été violé par des hommes mauvais et sa réputation dénigrée par ceux qui l'entouraient, mais Sunitha ne leur a pas permis de miner sa force intérieure. Au lieu de cela, elle a ressenti un immense besoin de changement, l’occasion de sensibiliser et de soutenir les jeunes femmes victimes d'un traumatisme similaire.

 

 

"Le monde extérieur aime voir une victime en tant que victime ; ils veulent que la victime pleure, ils veulent que la victime cache son visage. Je suis le contraire de cela ", explique-t-elle. "J'ai réalisé que je n'avais besoin de personne pour rester à mes côtés. Seule, j’étais assez forte. "

Elle obtient un diplôme en travail social psychiatrique et commence à conseiller des femmes sur la prostitution. Elle rejoint ensuite le mouvement populaire - une alliance d'organisations de la société civile et d'individus en Inde qui travaillent pour atteindre des objectifs progressistes. Par la suite, elle est arrêtée. Blâmée pour son plaidoyer, elle passe deux mois en prison. À sa libération, Sunitha fonde Prajwala, une association qui démarre humblement avec pour mission : sauver et réhabiliter les victimes du trafic sexuel ; les aider à réintégrer la société. Aujourd'hui, elle a évolué pour devenir l'une des plus grandes organisations de la société civile du monde en croisade contre le trafic sexuel et la criminalité sexuelle. A elle seule, elle a sauvé plus de 18 500 femmes et enfants.

Le viol collectif de Sunitha - source de tant de traumatismes - est devenu l'une des plus grandes sources de motivation dans sa vie. "Cela m'a fait réaliser que c'est ainsi que les gens traitent les victimes de crimes sexuels. Vous êtes traité comme un criminel sans que ce soit de votre faute », explique-t-elle. "Et c'est alors que j'ai pris une décision dans ma vie : ce serait la mission que j’allais entreprendre. A partir de maintenant, à partir de ce moment, et à chaque instant, je me consacrerai corps et âme pour vaincre le crime sexuel et le trafic sexuel. "

Elle commence à travailler aux côtés de la police locale et créée trois refuges distincts pour les victimes qu'elle a sauvées. Un refuge d'urgence, un pour les victimes adultes et un autre pour les enfants, parfois âgés de seulement trois ans. Alors que Sunitha est sur la ligne de front tous les jours pour sauver des personnes de dommages imminents, elle s’attache également à s'assurer qu'elles aient un soutien sur le long terme et les ressources dont elles ont besoin pour se réinsérer avec succès dans la société.

"Quand j'ai créé Prajwala, je voulais créer une communauté sûre pour les survivants du trafic sexuel. Ce désir d'émanciper les victimes vient de ma propre compréhension de l'exploitation de ma douleur au pouvoir », explique-t-elle. "Pour chaque enfant et pour chaque femme qui quitte Prajwala, nous voulons qu'ils partent avec un sentiment de force, de dignité et d'auto-identité."

Grâce à son travail de plaidoyer auprès des gouvernorats locaux, Sunitha est en mesure de garantir que ces femmes obtiennent une compensation, une identité civique, un logement et un emploi lorsqu'elles quittent le refuge et retournent dans la société. Sans ces ressources, les victimes de crimes sexuels et d'exploitation sexuelle à des fins commerciales se retrouvent généralement dans la rue, souvent gravement malades, parfois elles décèdent.

En fin de compte, Sunitha voit dans son travail une entreprise véritablement mondiale, qui dépasse les frontières de l'Inde. Un mouvement qui incarne la lutte contre le trafic sexuel à travers le monde. "Je ne suis pas ici pour diriger une petite organisation. Je suis ici pour changer le monde en montrant des options qui ont fait leurs preuves en Inde. Je veux faire comprendre au monde que toute forme de crime sexuel contre les femmes et les enfants est déplorable et ne doit pas être tolérée. "

Subtitle: 
Aider les victimes de la traite sexuelle et des crimes sexuels à réintégrer la société.
Header image: